exhibition

Exposition des Peintures et des Dessins d'Auguste Chabaud


ID: 434, Status: completed
Exhibition period:
Mar 11‒23, 1912
Type:
solo
Organizing Bodies:
MM. Bernheim-Jeune & Cie
Quickstats
Catalogue Entries: 61
Artists: 1
Gender: female: 0, male: 1
Nationalities: 1
collapse all Catalogue View List View
Date Title City Venue Type
Catalogue
Exposition des Peintures et des Dessins d'Auguste Chabaud. 1912.
Printed by: Moderne Imprimerie, 9, rue Abel-Hovelacque, Paris, nr. of pages: [PDF page number: 19].
Holding Institution: Bibliothèque Kandinsky
Preface
Auguste Chabaud: Préface, 4 p.

„PRÉFACE
Je souments au public une sélection rigoureuse de mes œuvres.
Ces œuvres, dont je prends l'entière responsabilité, sont à la fois spontanées et réfléchies, et dues à la collaboration indissoluble de mon cœur et de mon cerveau.
Je vis à la campagne. Autour de moi, depuis des années et des années, les saisons s'enchaînent les unes aux autres, ramenant les mêmes effets, les mêmes états d'âme, les mêmes travaux, et mon œuvre a jailli tout naturellement de ma vie quotidienne. Toutefois, je ne suis pas le campagnard qui n'a jamais quitté son village : je suis un bourgois suffisamment averti du mouvement contemporain.
Forcé de vivre assez concentré, je rumine mes sensations, n'ayant que de rares occasions de les échanger à cœur ouvert avec des personnes véritablement compréhensives.
Je vis en communion avec la nature qui m'entoure. Plus ou moins lyriques, plus ou moins textuelles, mes toiles, quelles qu'elles soient (celles [n.p.]
qui ont l'air de se rappricher de la nature, comme celles qui ont l'air de s'en éloigner; celles qui me vaudront peut-être des félicitations, comme celles qui me vaudront sûrement des sarcasmes), mes toiles, dis-je, prennent toutes leur source dans la nature, seule base inflexible sur laquelle tout est folie.
Je n'ai pas la prétention de renverser ou d'instaurer quelque chose. En art, on n'invente rien. L'art n'est ni d'hier, ni d'aujourd'hui, ni de demain, il est de toujours. Les mots : ancien, moderne, ou futur, par lesquels on a l'habitude de couper en tronçons l'unité éternelle de l'art, sont des termes sans signification dans l'infini. Les seuls artistes dignes de survivre sont ceux qui, par delà les classifications arbitraires, par delà les discours-programmes puérilemet volcaniques, par delà les formules à tout faire, se rattachent directement aux grandes traditions humaines.
Si, pour les observateurs superficiels, mon œuvre peut paraître déconcertante, c'est à force de logique; si elle peut paraître foudroyante, c'est à force de tradition.
Ces déclarations sembleront paradoxales à [n.p.]
tous ceux qui me représentent comme un chabardeur et un énergumène.
Comme on le croit trop souvent, les champions des traditions ne sont pas les pontifes officiels qui trahissent l'idéal qu'ils ont l'air de servir, mais les révolutionnaires qui servent l'idéal qu'ils ont l'air de démolir.
Corot, Millet, Courbet, Manet, Cézanne sont les gloires de cet art qu'ils étaient censés déshonorer et l'on s'aperçoit aujourd'hui par quelle chaîne indubitable ils se rattachent aux maîtres ne sont pas ceux qui les accaparent après les avoir lapidés, qui remplacent tradition par routine, et cobattent less novateurs d'aujourd'hui au nom de ceux d'hier.
Les maîtres admirables qui ont laissé leur trance indélébile dans l'histoire de l'art, ces maîtres qu les Joseph Prudhomme de l'art invoquent contre nous, j'ai la prétention de ne pas les trahir. Je les vénère avec ferveur, avec reconnaissance, avec attendrissement. Mais j'estime que la seul façon de les honorer, c'est de ne pas être leur enclave. Comme eux je ne veux être l'esclave que de la nature et de mon cœur, et je veux puiser, sans intermédiaire, à même la vie. [n.p.]
Le fait d'avoie voulu me présener moi-même m'inderdit de me porter garant de mes aptitudes artistiques, mais non de ma sincérité, de ma foi, de mon enthousiasme, et de mon amour passionné et ému de l'art et de la vie.
Auguste Chabaud.

Je joins à mon Exposition un choix de dessins déjà anciens (de 1900 à 1906, c'est-à-dire de dix-sept à vingt-trois ans).
Les dessins de paysanas sont faits à partir de 1901, époque où, après un séjour stérile à Paris, je vins me fixer définitevement à la campagne. Le peu que je sais, je l'ai appris non dans les ateliers suffoquants, où je n'ai pu vivre (et je m'en fais gloire), mais en suivant les laboureurs et les bergers, chevaux, vaches, etc., et ces drames de la vie simple, la mort de la brebis et la mort du cochon).
Puis je fus forcée d'aller faire mes trois ans en Tunisie. Dans l'inaction forcée de la caserne j'ai ruminé mes idées et mes projets pour le jour de la libération.
Toutefois, entre deux „engeulades“ de sous-offs, entre deux corvées, entre deux manœuvres, j'ai fait quelques dessins de ma vie de soldat.
Ces dessins (ceux de la campagne et ceux du régiment) ont été faits d'un cœur sandide, loin de toutes fréquentations esthétiques. Ils sont comme le bosquet assez agréable dont est sorti la forêt plus farouche de mon œuvre proprement dite.
Je ne crois pas inutile de les exposer.
A. C.“
Catalogue Structure
"Préface", n.p.
– "Peinture", cat. no. 1-53
– "Dessins", cat. no. 54-61
Note
"sauf le dimanche", cover page

+Gender Distribution (Pie Chart)

+Artists’ Age at Exhibition Start(Bar Chart)

+Artists’ Nationality(Pie Chart)

+Exhibiting Cities of Artists(Pie Chart)

+Catalogue Entries by Type of Work(Pie Chart)

+Catalogue Entries by Nationality(Pie Chart)

Name Date of Birth Date of Death Nationality # of Cat. Entries
Auguste-Elysée Chabaud 1882 1955 FR 61
Recommended Citation: "Exposition des Peintures et des Dessins d'Auguste Chabaud." In Database of Modern Exhibitions (DoME). European Paintings and Drawings 1905-1915. Last modified Nov 25, 2019. https://exhibitions.univie.ac.at/exhibition/434