exhibition

Exposition de peintures de Augustin Carrera


ID: 806, Status: proof read
Exhibition period:
Nov 21‒Dec 3, 1910
Type:
solo
Quickstats
Catalogue Entries: 66
Artists: 1
Gender: female: 0, male: 1
Nationalities: 1
collapse all Catalogue View List View
Date Title City Venue Type
Opening Hours
Monday - Saturday
Catalogue
Exposition de peintures de Augustin Carrera. Paris 1910.
Holding Institutions: Bibliothèque Kandinsky, Bibliothèque des Arts Décoratifs
Preface
Marx, Roger: AUGUSTIN CARRERA, 3p.

"Pour Madame A. S.

Depuis sept années, les tableaux de M. Augustin Carrera offrent, au Salon des Artistes Français, la surprise du contraste, le paradoxe de l’exception. Ils allument des foyers de clarté dans la nuit bitumineuse des toiles environnantes ; les couleurs y éclatent en fanfare joyeuse ; on s’y meut, on y respire tout à l’aise. Parmi les productions artificielles, à quoi aboutit trop souvent une pédagogie vaine, cette peinture de plein air et d’action, franche, diaprée, détonne et conquiert ; elle intervient comme un rappel bienfaisant à la vérité et à la vie ; elle confirme la suprématie intangible de la personnalité de de l’instinct.

D’ascendance espagnole, Augustin Carrera possède par atavisme la passion du soleil, de la couleur, du caractère. C’est à les exprimer qu’il tend de lui-même, sans préméditation, sans effort et sans arrêt. Tel vous l’avez pressenti à travers les Salons officiels et tel il s’est fait aimer aux Expositions indépendantes, tel vous l’allez retrouver dans cette suite d’ouvrages où le don s’épanouit, où l’intimité du talent se découvre. C’est un signe peu équivoque qu’une pareille unité en présence de travaux qui différent par la date, le sujet, le format : il annonce ne individualité forte, une volonté tenace, résolue à ne se point laisser entraîner hors des voies librement choisies. Nous savons de quelles rigueurs se paie cette fierté d’attitude, et M. Augustin Carrera n’a pas manqué d’en faire l’expérience à ses dépens ; mais les dénis de justice importent moins que l’obligation de ne point se rétracter et de demeurer en accord avec soi-même.

Il peint avec l’allégresse de la foi, avec la fougue de l’enthousiasme, à la requête d’une vocation impérieuse et précise. Il peint, comme d’autres chantent en son pays, par besoin d’expansion, parce qu’il fait clair dans la nature et dans son âme. Plus il y a d’éclat et de splendeur autour de lui épandus, mieux il goûte la félicité de vivre et de créer sous le ciel du midi, étincelant et limpide. Son penchant l’incline au parti des peintres à la manière forte. Vous le verrez préférer le ton opulent à la nuance débile, l’été triomphal au mélancolique automne, les heures radieuses aux défaillantes agonies du crépuscule. Le rayon le fascine, et n’est-il pas exact que sa magie transfigure les plus pauvres spectacles, qu’ils deviennent autant de fêtes somptueuses instituées en notre honneur ! Augustin Carrera s’y exalte et s’en éblouit. Dans ses tableaux, que définit par intuition le poème de Mme de Noailles,

Il semble que la nue ardente,
Que l’azur, que l’argent du jour,
Tombent du poids d’un grand amour
Sur toute la terre odorante,
Sur la terre ivre de couleurs.

Tout l’enchante et tout le ravit : l’Espagne natale avec ses férias, ses gitanes, ses guitaristes ; - la côte de Provence battue par la mer céruléenne fleurie d’écume ; - Marseille, ses vieux quartiers pittoresques et, dans son port, les lourds bâtiments à la mâture grêle, les yachts sveltes et blancs, les barques vertes, jaunes ou rouges, qui oscillent à l’ombre fraîche ; - la foule en liesse sur la place pavoisée et la bigarrure des drapeaux flottant au vent, un après-midi de 14 Juillet ; - la chair rose et bleue, nacrée, irisée et pâmée sous l’étreinte d’un soleil de feu ; - la végétation luxuriante d’un sol privilégié : tomates sanglantes et pastèques ouvertes, laissant à nu le corail pâti de leur pulpe précieuse ; - puis, d’humbles poteries, dont la couleur rutile, dont l’émail vernissé réfléchit le nuage qui passe, et, par contraste, dans l’intérieur clos et la chambre quiète, les bibelots rares qu’enveloppent les tendres effluves du jour tamisé et des clartés diffuses…

Telles sont les visions rapides qu’Augustin Carrera a fixées pour son plaisir et pour notre délectation. Chez lui, l’idée et la technique ne se dissocient point ; l’intensité de la sensation optique trouve des correspondances directes et fidèles dans la qualité lumineuse du ton, dans le métier ample et libre, dans la recherche fervente « de la belle matière ». Cet art d’impression immédiate est de volupté durable ; on y assiste au développement harmonique et conscient des qualités foncières ; il fait voir un talent riche de sève, orienté selon le tempérament et les origines, qui s’émancipe et s’enrichit chaque jour ; c’est avec certitude que l’on peut se confier à lui et céder à l’attirance de son charme généreux et sain.

ROGER MARX"

+Gender Distribution (Pie Chart)

+Artists’ Age at Exhibition Start(Bar Chart)

+Artists’ Nationality(Pie Chart)

+Exhibiting Cities of Artists(Pie Chart)

+Catalogue Entries by Type of Work(Pie Chart)

+Catalogue Entries by Nationality(Pie Chart)

Name Date of Birth Date of Death Nationality # of Cat. Entries
Agustín Carrera 1878 1952 ES 66
Recommended Citation: "Exposition de peintures de Augustin Carrera." In Database of Modern Exhibitions (DoME). European Paintings and Drawings 1905-1915. Last modified Oct 22, 2020. https://exhibitions.univie.ac.at/exhibition/806