exhibition

Trente Tableaux de Maurice Utrillo


ID: 855, Status: proof read
Exhibition period:
May 26‒Jun 9, 1913
Type:
solo
Quickstats
Catalogue Entries: 31
Types of Work: unknown: 31
Artists: 1
Gender: female: 0, male: 1
Nationalities: 1
collapse all Catalogue View List View
Date Title City Venue Type
Opening Hours
10am - 6pm sundays excepted
Catalogue
Trente Tableaux de Maurice Utrillo. 1913.
Nr. of pages: 9.
Holding Institution: Bibliothèque des Arts Décoratifs
Preface
Lormel, Louis: Maurice Utrillo, 4 p.

"MAURICE UTRILLO

C’est le peintre de Montmartre :
Depuis Lépine, je crois que nul artiste n’avait su rendre, avec une sensibilité aussi aigüe, le charme triste de cette petite ville de province, égarée au sommet de Paris. Utrillo excelle à peindre les murs lézardés des vieilles maisons qui s’alignent comme des cadavres aux bras coupés, les faces de carême de tous ces pierrots mal blanchis qui titubent au bord des rues et qui se bousculent. La moindre façade misérable prend, dans ses toiles, une intensité extraordinaire de couleur et de vie.
C’est le peintre de la Banlieue :
Il aime la banalité apparente de ces paysages frelatés, aux arbres maigres, aux herbes parcimonieuses. Devant un mur qui laisse le passant indifférent, Utrillo s’arrête, contemple le jeu coloré des taches, les note dans son esprit et les peint. Ce mur l’intéresse autant que les nuages, les merveilleux nuages qu’il sème, souvent à peine perceptibles, dans le ciel léger.

Il aime les clochers moroses des anciennes églises ; les rues désertes des banlieues mornes. Après avoir triomphé, dès ses débuts, dans la somptuosité grise et bleue des cathédrales qui se dressent, silencieuses, sur les vieilles villes de France : Amiens, Chartres, Orléans, Paris, Maurice Utrillo a compris qu’une église de campagne est aussi touchante qu’une basilique. Et les plus humbles maisons l’attirent, il en fait jouer les façades, comme un clavier, sur toute la gamme des blancs.

Il paraît se complaire plus spécialement dans l’étude patiente des plâtres et des meulières, le dessin fantasque des vieux toits, les bleus mourants des ciels anémiques. Ses gris surtout sont merveilleux !

Maurice Utrillo évoque, pour tout Parisien sensible, la nostalgie de la ville natale, son ciel malade, ses maisons résignées. Il a compris toute la misère de ses rues populaires, et la tristesse des routes interminables dans la banlieue désolée.
Ses paysages sont souvent des rues, vues en enfilade et dont le lointain se perd en menus détails. Parfois aussi il nous montre simplement un mur, quelques arbres et le ciel. C’est assez pour être un poète et un peintre.
Maurice Utrillo est un peintre. Il est né peintre et il a conservé son âme d’enfant. Il n’eut d’autre maître que la Nature, d’autres conseils que ceux donnés par sa mère, elle-même artiste de valeur.

Mais il a aimé la Nature avec un tel amour que l’émotion du peintre est lisible dans toutes ces toiles. Il possède le don essentiel des artistes, qui est la Sensibilité. Étant sincère, il est personnel.
Au point de vue de l’exécution, il a la notion exacte des valeurs ; chaque objet est à son plan et dans sa lumière. Voyez comme l’air circule librement dans les rues, autour des arbres.
Utrillo sait faire chanter la couleur par des accords justes, et cela ne s’apprend dans aucune Ecole. A force de travail, cet intuitif, ce sensitif qui avait en naissant les dons magiques de la peinture, est arrivé à acquérir du métier. Il sait aujourd’hui ce que tout le monde peut apprendre. Mais il nous intéresse surtout par ce qui ne s’apprend pas, et, dans ses premières toiles, les maladresses mêmes sont encore délicieuses, par leur naïveté.
Le succès de Maurice Utrillo, qui n’exposait nulle part avant 1912, est aujourd’hui assuré, grâce à l’enthousiasme d’un groupe d’amateurs qui comptent parmi les plus éclairés. Citerai-je les noms de MM. Blot, Duché, Gallimard, Frantz Jourdain, O. Mirbeau, Lehoucq, Louis Vauxcelles, Elie Faure, Pacquement, etc… ? Les artistes eux-mêmes achètent sa peinture, et nous devons rendre grâce à M. Francis Jourdain qui le premier sut découvrir ses œuvres chez l’amateur qui les détenait avec joie.
Le nom de Maurice Utrillo, encore inconnu du grand public, est déjà très estimé parmi les amoureux d’art.
D’origine espagnole, par son père, mais de naissance française, Utrillo est âgé de 29 ans et son œuvre est déjà considérable. Nous avons pris soin de rassembler ici des toiles d’époques différentes, montrant les successives manières du peintre. Les toiles les plus sombres sont les plus anciennes. Peu à peu, la palette s’éclaircit, la vision s’égaie, un tempérament personnel s’affirme.
Comme Van Gogh, Maurice Utrillo a voulu tenir cette gageure de nous intéresser, par la couleur, aux motifs les plus simples et, grâce à la sensibilité profonde de l’artiste, les motifs les plus simples ne sont jamais vulgaires.

LOUIS LORMEL"

+Gender Distribution (Pie Chart)

+Artists’ Age at Exhibition Start(Bar Chart)

+Artists’ Nationality(Pie Chart)

+Exhibiting Cities of Artists(Pie Chart)

+Catalogue Entries by Type of Work(Pie Chart)

+Catalogue Entries by Nationality(Pie Chart)

Name Date of Birth Date of Death Nationality # of Cat. Entries
Maurice Utrillo 1883 1955 FR 31
Recommended Citation: "Trente Tableaux de Maurice Utrillo." In Database of Modern Exhibitions (DoME). European Paintings and Drawings 1905-1915. Last modified Aug 13, 2020. https://exhibitions.univie.ac.at/exhibition/855