exhibition

Peintures, Dessins, Aquarelles de Roger de la Fresnaye


ID: 1076, Status: proof read
Exhibition period:
Apr 20‒May 3, 1914
Type:
solo
Organizing Bodies:
Galerie Levesque
Quickstats
Catalogue Entries: 75
Types of Work: painting and drawing: 74, other medium: 1
Artists: 1
Gender: female: 0, male: 1
Nationalities: 1
collapse all Catalogue View List View
Date Title City Venue Type
Catalogue
Peintures, Dessins, Aquarelles de Roger de la Fresnaye. 1914.
Printed by: H. Baguenier Desormeaux. 40, Rue des Mathurins, Paris, nr. of pages: [PDF page number: 10].
Holding Institution: Bibliothèque Kandinsky
Preface
Allard, Roger: [no title], 3 p.

"La jeunesse est le premier des talents; c'est aussi le moins durable, aussi faut-il attacher le plus haut prix à un art qui garde sur soi une certaine fraîcheur naturelle où l'amateur ne se trompe pas.
Ces six dernières années ont chance de figurer une délicate, subtile et singulière saison de l'art contemporain. Leur manière d'être, l'évolution de leur talent ou de ce qui en tient lieu, pendant cette période fugitive, sera la pierre de touche ou bientôt, l'on éprouvera la valeur vraie des artistes d'aujourd'hui.
La carrière de peintre d'avant-garde est maintenant fort encombrée. Elle est semée d'embûches. Toute l'habileté, toute la rouerie du monde ne sauraient suffire à triompher de ces obstacles. La victoire appartient au peintre, ingénu Parsifal, armé d'une palette et d'un pinceau, qui marche librement, avec la volonté de ne rien tenter contre soi-même.
Tout est là. Sur le chapitre de la grâce, nul théologien ne vaut La Fontaine : « ne forcez pas votre talent ... ». Le charme de celui de M. de La Fresnaye est fait de hardiesse aisée. Il est facile d'en suivre à travers cette exposition le progrès régulier et harmonieux. Point de brusques sauts, ni de conversions subites. Dans l'histoire anectodique de la peinture nouvelle, qu’il faudra bien écrire un jour ou l'autre, M. de la Fresnaye, ne court pas le risque de jamais faire le personnage d'un Paul de Tarse, car il n'a point rencontré, entre deux Salons d’Automne, le chemin de Damas.
Dans ses toiles d'il y a dix ans comme dans ses plus ouvrages, voici un peintre que l’on retrouve tout entier, sans déguisement, mais non sans artifice.
II ne faut point médire de l'artifice, ni de l'ornement. Les dédaignent ceux-là mêmes qui font fi du goût et de l’esprit… parce qu’ils sont trop verts. Quoi de plus navrant que l'audace sans le goût, que la fantaisie sans l'esprit.
D'aucuns prétendent que l'on peut écrire ou peindre n’importe quoi n’importe comment et qu'il suffit, pour être sincère, de n’en point démordre. Quel sophisme et quelle lâcheté. Être sincère c'est oser choisir.

***

Il n'est point malaisé de trouver dans cette exposition le témoignage des sympathies esthétiques de M. de la Fresnaye. Selon le mot précieux de Mallarmé, il y a ici quelques « allusions » – fort ingénieuses, du reste – mais on y chercherait vainement un pastiche.
Au, reste M · de la Fresnaye s'est trouvé, après quelques années de recherches parallèles, isolé sans l’avoir voulu ni cherché, parce que les gestes en commun ont rarement chance de plaire aux esprits raffinés.
M. de la Fresnaye goûte trop vivement la saveur du temps nous vivons, de ses modes intellectuelles et de ses manières esthétiques, pour s’enfermer dans un système si ingénieux soit-il ; il est sensible aux plus légers mouvements de l’évolution contemporaine, mais loin de se jeter gloutonnement sur la nouveauté, il l'attire à soi et l’apprivoise le plus facilement du monde. Ce qu'on aperçoit ici de léger et de désinvolte est comme un attribut physique de cette peinture, jeune, franche et libre d'inspiration, mais dont la présentation est pleine de finesse.
On y voit des éléments familiers et caractéristiques de nos spectacles quotidiens, non point lourdement stylisés et agglomérés, selon quelque barême usuel, mais choisis avec art etmêlés à l'atmosphère du tableau, par les plus subtils jeux de la couleur, harmonieusement étagés sur des plans nombreux. Ces noirs purs, ces bleus profonds, ces rouges sonores dont on aimera le concert ordonné, M. de la Fresnaye ne les a pas arbitrairement adoptés, comme une livrée plaisante à la mode du jour; ils sont chez lui l'expression vivante, imagée, de la douloureuse et naïve joie de peindre.
Aux barbares gesticulations du futurisme, nous pouvons opposer victorieusement un art très français, puisqu'il exprime les choses les plus nouvelles, les plus modernes, dans le meilleur langage pictural."
Catalogue Structure
Preface, 3 p.

"Peintures", cat. no. 1-47, 3 p.

"Dessins", cat. no. 48-63, 1 p.

"Aquarelles", cat. no. 64-75, 1 p.

+Gender Distribution (Pie Chart)

+Artists’ Age at Exhibition Start(Bar Chart)

+Artists’ Nationality(Pie Chart)

+Exhibiting Cities of Artists(Pie Chart)

+Catalogue Entries by Type of Work(Pie Chart)

+Catalogue Entries by Nationality(Pie Chart)

Name Date of Birth Date of Death Nationality # of Cat. Entries
Roger de La Fresnaye 1885 1925 FR 75
Recommended Citation: "Peintures, Dessins, Aquarelles de Roger de la Fresnaye." In Database of Modern Exhibitions (DoME). European Paintings and Drawings 1905-1915. Last modified Oct 29, 2019. https://exhibitions.univie.ac.at/exhibition/1076